Sommet Russie-Afrique: la mission du Président Buhari pleinement accomplie – Présidence

0
133

La présidence nigériane annonce que les succès enregistrés lors de la récente visite du président Muhammadu Buhari à Sochi, en Russie, au cours duquel il a activement participé au sommet Russie-Afrique, “soient pleinement accomplis”.

«Le président Muhammadu Buhari est regagné le Nigéria après une visite de quatre jours en République russe, tout étant extrêmement heureux du succès de sa visite.

Le porte parole du président, Garba Shehu a toutefois déclaré que, sur la base des résultats de la visite, il fallait conclure que la mission du Président était pleinement accomplie.

Il a souligné que le point culminant était la décision des Russes d’accepter un accord entre gouvernements qui les verrait revenir pour achever la laminoir d’acier Ajaokuta et la mettre en service. Il a aussi déploré que le Nigéria ait dépensé plus de cinq milliards de dollars sans que cela se concrétise.

Les présidents Buhari et Vladimir Poutine ont ouvert un “nouveau chapitre” dans la relation historiquement importante entre les deux pays.

«Ils ont tous deux convenu d’élargir leur coopération dans les domaines de l’énergie, du pétrole et du gaz, du commerce et des investissements, de la défense et de la sécurité, de l’exploitation minière et de l’acier, de l’aluminium et du phosphate, de l’éducation et de l’agriculture, ainsi que d’une pléthore d’autres sujets.

“Ceci à mon plaisir a été expliqué de manière détaillée par Tonye Princewill, un dirigeant astucieux des Progrèssistes (APC), dans un article d’opinion qu’il a largement diffusé”, a-t-il ajouté.

Le Président Poutine a noté que les relations amicales traditionnelles entre le Nigéria et son pays avaient pris un nouvel élan, symbolisé par la croissance de 93% des échanges commerciaux entre les deux pays en 2018.

Il a promis que “les entreprises russes sont prêtes à proposer leurs développements scientifiques et technologiques à leurs partenaires africains et à partager leur expérience en matière de modernisation des infrastructures énergétiques, de transport et de communication”.

Il a en outre expliqué que “le Président Buhari pense que ce sommet était un point d’ancrage nécessaire” pour relancer une relation très cordiale et mutuellement bénéfique ces dernières années… il y a des similitudes entre le parcours de la Russie sous votre direction (Poutine) et les aspirations du Nigéria pour le futur.

” Nous pouvons beaucoup apprendre des expériences des réformes en cours en Russie visant à passer d’une économie tributaire du pétrole à une économie moderne, diversifiée et inclusive.”

Selon lui, il convient de noter que le Nigéria a obtenu tout ce que sa délégation avait demandé.

A cet effet, a-t-il précisé, l’un des principaux fournisseurs de services ferroviaires russes, MEDPROM a indiqué son intérêt pour la voie ferrée de 1 400 km reliant Lagos-Calabar à tous les Etats de la sous-région du sud-sud.

Il a affirmé que l’accord et le protocole d’entente signés entre la NNPC et le russe Lukoil étaient un autre accord spectaculaire dans ce sens. Lukoil possède sept raffineries et réalise un chiffre d’affaires de 38 milliards de dollars. Il a ajouté que les deux géants pétroliers renforceraient leurs relations commerciales en un partenariat soutenu entre gouvernements, afin de travailler ensemble dans les opérations en amont et de réorganiser les raffineries qui fonctionnaient mal au Nigéria.

Timipre Sylva, ministre d’État aux Ressources pétrolières, a assisté à la cérémonie de signature. Le directeur du groupe de la NNPC, Mele Kyari, a signé pour la partie nigériane tandis que Vagit Alekperov, président de la compagnie russe, a signé pour le compte de Lukoil. À cet égard, le président Buhari a déclaré qu’il souhaitait collaborer avec les entreprises russes pour améliorer l’efficacité du secteur pétrolier et gazier du Nigéria, tout en assurant que son administration “veillerait à ce que cette initiative soit mise en œuvre dans les plus brefs délais”. .

Il a déclaré: «Le MoU n’a pas moins d’importance à résoudre les problèmes du passé, ouvrant la voie à la relance de la joint-venture créée entre la NNPC et les géants gaziers russes, GASPROM, pour le développement des énormes ressources en gaz du Nigeria et de ses infrastructures.

«Dans cet éditorial agité mais empoisonné, le journal en question a soulevé des préoccupations concernant le terrorisme, les enlèvements et l’insécurité générale dans le pays.

«Il a soulevé une préoccupation, se demandant pourquoi le président voyagerait à l’étranger alors que dans le pays, le problème des enlèvements et des tirs de pétroliers avait provoqué des pertes de vies humaines et la destruction de magasins.

«Certes, ceux-ci sont tristes et importuns. C’est un président qui est félicité pour sa réaction rapide à l’incendie d’Onitsha, d’abord en publiant un message de sympathie le soir même et par la suite, en envoyant le ministre des Affaires humanitaires en mission de condoléances.

«Le ministre a donné sur place une directive à la NEMA, la National Emergency Management Agency, pour le déploiement immédiat de l’aide d’urgence dans le sud-est.

«Non seulement le président Buhari a-t-il obtenu le soutien nécessaire pour combattre les terroristes de Boko Haram, mais il a également permis aux deux pays de coopérer étroitement dans les domaines stratégiques de la défense, de l’énergie nucléaire civile et du traitement de la piraterie et du vandalisme des oléoducs dans le golfe de Guinée.

«Le dirigeant nigérian a également signé un contrat pour la mise à niveau technologique et la livraison dans les délais des sept autres, sur une commande existante de 12 hélicoptères d’attaque.

“Le Nigéria a cruellement besoin de ces équipements, ainsi que d’un assortiment de matériel militaire, pour faire face à la nouvelle vague de crimes qui assombrissent le pays”, a-t-il noté.

En ce qui concerne la sécurité, Shehu a révélé que le Nigeria accordait toute l’attention voulue à l’accord technico-militaire entre le Nigeria et la Russie, entré en vigueur il y a quelques années sans être renouvelé.

Il a souligné que la Russie était prête de sa part, tandis que le président Buhari avait répondu à cela en déclarant: “J’ai demandé au ministre de la Défense de collaborer avec le ministère de la Justice afin de régler cette affaire dans les plus brefs délais”.

Selon Shehu, cet accord réside dans le fait qu’il ouvre la porte à l’achat de matériel militaire, de gouvernement à gouvernement, en éliminant les intermédiaires et en réduisant les coûts.

“L’accord a également permis la formation du personnel militaire, la modernisation des forces armées, la rénovation et le renouvellement des infrastructures et des équipements “, a déclaré le président Poutine prêt à aider le Nigéria à entreprendre.”

«Le seul sujet d’actualité, si vous aimez les sujets affectifs entre les deux pays, c’est la longue question de la Société des fonderies d’aluminium du Nigéria, ALSCON, Ikot-Abasi, dans l’État d’Akwa-Ibom. Cela sera résolu aussi.

«Le président Buhari a annoncé qu’il avait demandé au ministère de la Justice« de présenter un rapport complet sur l’affaire de l’UC Russel (les propriétaires russes de l’usine)… Je tiens à vous assurer que l’objectif de nos réformes est de garantir que ces investissements soient conclus et actualisés de manière professionnelle et sans peine. ”

Le porte parole du président a également révélé que la Russie avait accepté de revoir le programme nucléaire du Nigeria, abandonné depuis environ 40 ans.

«Beaucoup de nos citoyens ne tiennent pas compte du fait que notre pays possède un programme nucléaire depuis environ 40 ans.

“Cependant, cela n’est pas allé au-delà de la mise en place de stations de recherche. Au terme de ces discussions, le président Poutine a invité le président Buhari à se joindre à lui pour franchir une nouvelle étape dans la mise en œuvre du projet en commençant la construction de la centrale nucléaire “, at-il ajouté.

Il a ajouté que les deux présidents avaient également abordé des questions relatives à l’éducation et à l’agriculture.

«La Russie a dit qu’elle donnerait des bourses supplémentaires. Actuellement, 100 étudiants nigérians étudient grâce à sa bourse et à ce jour, 797 étudiants nigérians ont bénéficié de bourses d’études pour la formation en Russie dans divers domaines universitaires.”

Concernant l’agriculture, il a déclaré que la Russie avait accepté de soutenir le Nigéria dans l’établissement de bases solides pour la sécurité alimentaire. Selon lui, cela proviendra en partie de l’approvisionnement en matières premières (phosphate) de la très puissante initiative présidentielle sur les engrais du Président Buhari, qui a vu la réouverture de dizaines d’usines de mélange et le retour au travail de milliers d’employés.

«La Russie, qui est maintenant le plus grand producteur de blé au monde, selon le président Poutine, travaillera avec le Nigéria pour faire pousser du blé afin de répondre aux besoins du marché intérieur.

«C’est pour répondre au président Buhari, qui a demandé à Poutine:« Nous sollicitons le soutien de votre gouvernement, en particulier dans le domaine de la production de blé.

«Aujourd’hui, le Nigeria produit moins de cent mille tonnes de blé localement, alors que nos importations dépasseront les cinq millions de tonnes en 2020.

“Nous avons donc besoin de votre soutien pour réduire le déficit, ce qui créera des emplois et économisera nos devises pour d’autres domaines importants tels que la sécurité, la défense et les infrastructures.”

Shehu a conclu que «pour le Nigeria et le président Buhari en particulier, le sommet Russie-Afrique avait servi la volonté des deux pays de se diversifier et de renforcer davantage les liens de nos solides relations bilatérales.

“Une base solide a en effet été posée pour la promotion de la coopération mutuellement bénéfique entre les deux nations.”

SHARE
Previous articleIrak : nouvelles manifestations pour la “chute du régime”, plus de 60 personnes tuées en deux jours
Next articleMozambique : Filipe Nyusi réelu pour un second mandat avec 73% des suffrages
Nanzif Murtada Adékounlé est un jeune journaliste: réalisateur, présentateur, traducteur, interprète bilingue et rédacteur en ligne. Il est originaire de l'état d'Osun, au Sud-ouest du Nigéria. A la suite de son parcours scolaire élementaire en Cote d'ivoire dans les années 80, Nanzif Murtada s'est retrouvé au Nigéria pour poursuivre ses études, ce qui le conduit à l'université de Lagos pour des études linguistiques. Il intègre la prestigieuse équipe du service français de la Voix du Nigéria en 2012 où il acquiert l'expertise et l'expérience appropriée dans le domaine du journalisme. Nanzif Murtada a largement réalisé des émissions de lutte contre le terrorisme et il est présentement le rédacteur en ligne du service français à Abuja.